lettres à ma psy

12 mai 2018

la machine à remonter le temps

"le plaisir" susurre t elle comme une évidence

une demi heure avant je lui ai demandé de prononcer les mots qui auraient du etre dit à un moment de ma vie

non pas des mots de réconfort ou d'interdits ,juste les bons mots dits avec une bienveillante fermeté

"non tu ne peux pas dormir dans ce lit à coté de moi , tu dois retourner dans ton lit"

"l'incestuel désarmé au profit de ma construction"

le temps des errances , d'un amour oedipien destructeur ...

"pourquoi les perversions névrotiques sont elles apparues à ce moment?"

elle simplifie :"le plaisir tout simplement"

acquérir du plaisir peur prendre différentes voies ,différentes méthodes

celles qui sont empêchées par les circonstances laissent place à celles accessibles...immédiatement ,dans le plus grand des secrets

on a peur de la femme ,on convoite le féminin 

nul jugement dans ses mots 

une évidence dite presque normale

l'heure est finie je paye

"il faudra prendre les rendez vous de septembre"

il y aura donc un après 

mais avant il y aura cette rupture brusque 

carnassière

 

 

 

Posté par akonolinga à 20:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 mai 2018

accord parfait

“Personne n’est semblable à un autre. Ni pire ni meilleur. Il est autre. Et si deux personnes sont d’accord, c’est à cause d’un malentendu.
– Jean-Paul Sartre-

Posté par akonolinga à 20:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mai 2018

les cadeaux

il m'arrive de temps en temps de lui faire un cadeau

sur les rêves Dali

la maquette d'un phare

des livres

des films que j'ai aimé ,télé-chargés pour elle

j'entremele nos vies à travers ces petits gestes

autant pour moi que pour elle

une façon de laisser une trace dans sa vie "ailleurs"

je ne sais pas comment elle les reçoit?

cela n'a plus d'importance pour moi

non pas un sacrifice au rituel mais une façon d'exister dans un autre monde

 

Posté par akonolinga à 21:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 avril 2018

deux jours à tuer

long week end propice à réfléchir a se projeter "ailleurs"

beaucoup de lectures sur un banc en bois face à la mer

réflexion sur cette longue thérapie (trop longue?)

je voulais qu'elle m'offre une seconde chance ,un moyen de rattraper la vie en remontant le temps

que les explications sur les échecs ,les névroses allaient gommer ceux ci et me redonner une quasi virginité

je recherchais cette nouvelle vie croyant que celle ci serait plus douce plus valorisante 

rencontrer l'amour de ma vie , vivre une vie pleine sans mensonges sans cette boule permanente qui vous hante et vous dechire la vie

continuer à lui raconter mes colères mes échecs mes espoirs déçus ;à quoi bon?

continuer à l'aimer comme un fou en n'attendant rien en retour à quoi bon?

elle a réalisé un édito psy

je suis tombé dessus par hasard ou presque

elle parle de la sexualité,des femmes ,enfin de ce qu'elles aimeraient oser dire ou faire

tout est cru,direct sans emphase mais sans retenue

vit elle ainsi?

c'est son boulot me dis je :en colère contre la femme qui dit et la pro qui sait

et si c'était cela?

je n'arriverais jamais à un degré aussi réaliste d'autenticité , à des convictions qui m'éviteraient de douter de tout ,de moi ,des autres

simplifier ma vie ,la rendre compatible avec mes névroses mes envies mes déviances mais assumer le tout en me disant:je me fais du bien,je ne fais du mal à personne

bref vivre sans heurter mais sans renoncer

ne plus se sentir coupable en permanence et en rejeter la responsabilité sur autrui

je lui dirais demain

"ça fait du bien d'tre chez vous car je m'y sens chez moi"

 

Posté par akonolinga à 21:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 avril 2018

fragile

Je laisserai le lit comme elle l'a laissé
Défait et rompu, les draps emmêlés
Afin que l'empreinte de son corps
Reste gravée dans le décor
Je resterai là, immobile
Les bras croisés, presque tranquille

Je laisserai la chambre comme elle l'a laissée
L'odeur de Camel, Gauloises mêlée
Afin que la lumière retienne
Son ombre nue dans les persiennes
Au bout du quai tombe le jour
Je reste là sentant l'Amour

Dans ce port de fêlés juste à l'envers du monde
Où d'énormes soleils me renvoyaient mes ondes
Où les normes basculent au fond des volcans sourds
Où je traînais mes bottes gaspillant ton Amour
Attention fragile
Attention fragile

Je laisserai ma peau comme elle l'a laissée
Sueur et cannelle, orange poivrée
Afin que ma mémoire revienne
Me dessiner cette Eurasienne
Cette criola de secours
Quand je titube au petit jour

Je prendrai ma vie comme elle l'a laissée
Avec un sourire en coin, un secret
Afin d'accepter la tendresse
Que j'avais refusée sans cesse
Avec l'impression d'être fort
Le sommeil, c'est presque la mort

Dans ce port de fêlés juste à l'envers du monde
Où d'énormes soleils me renvoyaient mes ondes
Où les normes basculent au fond des volcans sourds
Où je traînais mes bottes gaspillant ton Amour
Attention fragile
Attention fragile

 

juste pour elle

Posté par akonolinga à 15:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 avril 2018

reve sensuel

nous sortons du cinéma

elle a accepté de voir le film en ma compagnie

la pluie a laissé une couche huileuse sur les pavés

elle glisse

s'accroche à mon bras ,reprend l'équilibre

elle n'enlève pas sa main et nous continuons le chemin retour 

comme un couple 

comme dans la vraie vie

 

Posté par akonolinga à 22:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 avril 2018

le pardon et les ronds dans l'eau

se lancer en thérapie vous crée des espérances

l'une d'entre elles "ne plus avoir à demander pardon"

ce que je fais ce soir à mes deux filles

un père trop usé ,impuissant

la sincérité n'est pas le courage

ce poéme pour elles :

tu commenças ta vie tout au bord d´un ruisseau tu vécus de ces bruits qui courent dans les roseaux qui montent des chemins que filtrent les taillis les ailes du moulin les cloches de midi soulignant d´un sourire la chanson d´un oiseau tu prenais des plaisirs à faire des ronds dans l´eau aujourd´hui tu ballottes dans des eaux moins tranquilles tu t´acharnes et tu flottes mais l´amour, où est-il? l´ambition a des lois l´ambition est un culte tu voudrais que ta voix domine le tumulte tu voudrais que l´on t´aime un peu comme un héros mais qui saurait quand même faire des ronds dans l´eau s´il y a tous ces témoins que tu veux dans ton dos dis-toi qu´ils pourraient bien devant tes ronds dans l´eau te prendre pour l´idiot l´idiot de ton village qui lui est resté là pour faire des ronds dans l´eau pour faire des ronds dans l´eau

Posté par akonolinga à 20:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 avril 2018

post synchronisation

je prends mon deuxième café en regardant les entrées du bar

la ou je lui ai donné rendez vous

rendez vous qu'elle a hésité à accepter

elle arrive ,son éternel iphone dans la main regardant déjà sa montre

"je suis en retard,excusez moi"

je bredouille quelques inepties et lui commande un quart perrier

elle n'a de cesse de regarder son portable qui vibre toutes les trente secondes

"pourquoi vouliez vous me voir,cela eut été plus facile au cabinet"

"je vous l'avais dit lors de notre séance de Juin,vous pouvez prendre des séances quand le besoin se fait sentir,je suis la pour cela;mais la,dans un bar,je ne comprends pas.."

je m'approche au plus pres,essaye de respirer son parfum ,Dior,Alaia,j'hésite encore,comme au début

mon coeur bat très vite

je sais que je n'ai rien de précis à lui demander,qu'il me faudra une grande dose d'imagination pour etre crédible

"vous allez bien?"

elle écarquille les yeux sous ses lunettes de soleil ,trop grandes,trop voilées de sombre

"et?"

"j'avais envie de voir vos lèvres ,de sentir votre souffle , de vous embrasser"

elle se lève ,sors cinq euros pour le perrier, pars sans se retourner

j'ai son parfum qui m'entoure,commande un malt japonais

je suis bien

je suis en mer comme avant

il y a les vivants,les morts et ceux qui sont en mer

 

Posté par akonolinga à 21:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2018

jack in the box

Dans Amelie Poulain ,le narrateur interpelle sur l'existence d'un souffleur de rue qui viendrait vous épauler pour trouver les bonnes répliques dans les situations délicates que vous pouvez vivre

l'idée du "souffleur de vie" est voisine

quelqu'un ,homme ou femme, qui viendrait vous aider à comprendre en temps réel vos inflexions de vie ,les moments de souffrance,les interrogations sans réponses et qui vous soufflerait avec bienveillance les interprétations, le sens à donner à votre histoire 

non pas choisir à votre place mais éclairer le moment d'un autre point de vue

vous ne pouvez le vivre qu'en thérapie ,à des moments précis minutés

votre positionnement reprend ce que vous avez appris "la bas" mais le doute qui subsiste en vous attaque votre assurance ,votre certitude et finit souvent par vous faire errer dans des postures qui ne sont pas les vôtres mais celles jouées par vous

échanger en permanence pour progresser pour devenir qui on est

 

Posté par akonolinga à 12:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 avril 2018

trahir

quand on montre une émotion ,on la trahit

ressentir sans montrer 

j'ai 20 ans ,j'entends mon père dire

"ce que tu m'as dit m'a ému"

je venais de lui faire la promesse de continuer à m'occuper de mon frère , de ma mère et de garder la maison familiale ,d'en prendre soin

j'ai assuré un service minimum pour mes proches 

j'ai vendu la maison,incapable de m'en occuper , de la chérir

mission accomplie

depuis la maison hante mes rêves 

je suis dans l'obligation de faire quitter sa maison à ma mère sans le lui dire

il faut beaucoup d'humilité pour accueillir quelqu'un qui vous touche ,qui vous interpelle 

je n'ai pas cette humilité ,je reçois l'estime des autres comme un homme flatté qu'on s'interresse à lui 

je n'ai pas assez d'AME pour renvoyer l'ascenceur

je n'ai pas été conçue pour écouter les autres mais pour parler de moi

et c'est vide de sens

Posté par akonolinga à 21:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]