lettres à ma psy

04 juillet 2018

after

déjà presque trois semaines

moi qui ne savait pas si je devais continuer

cette femme est ma drogue

déjà elle ne se soucie plus de moi ,déjà elle me manque

in and out

la vie n'est faite que de départs et retours comme dans les chansons

Posté par akonolinga à 20:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 juin 2018

la derniere seance

elle se recroqueville sur son fauteuil

pas comme quelqu'un en écoute

plutôt une personne attendant la pluie

fatalisme

je viens de lui raconter le rêve de la sortie de spectacle

le ré équilibrage

je prends une profonde respiration

dans une minute je serais en apnée

"je voudrais vous parler de deux "choses"

la poursuite de ma thérapie

quelle qu en soit l issue je reviendrais vous le dire en septembre

je ne sais pas quelle pourrait être la direction à donner à celle ci

et vous parler "transfert"

non pas le sens freudien jungien ou lacanien mais le mien qui est définitivement amoureux

mes mots s entrecroisent imprécis et balbuties

elle me dit "vous en parlez très bien et je reçois vos mots simplement sans leur donner un sens qui me dérangerait"

alors je continue lui avouant un amour fort sur lequel j ai tente de donner un sens

plaire à ma mère ? elle tique

trouver l amour de mon père?

fuir tous les amours potentiels de peur qu'ils ne deviennent possibles donc mettant en scène mes insuffisances

je n ai pas trouver

toujours dans cette mouvance immobile

non pas faute d'avoir cherché mais il me manque une clef

"j espère que vous allez bien"

ni ne vais bien ni ne vais mal

je suis mort depuis longtemps

deux mois à tuer le temps pour la revoir comme s'il s'agissait  d'un répit

Posté par akonolinga à 14:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juin 2018

last or least

demain matin dernier rendez vous avant la "coupure"

je laisserai mes pensées venir à moi

je boirais sa bienveillance

Posté par akonolinga à 20:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juin 2018

ciao

Je ne t'aime plus
Mon amour
Je ne t'aime plus
Tous les jours
Parfois j'aimerais mourir
Tellement j'ai youlu croire
Parfois j'aimerais mourir
Pour ne plus rien avoir
Parfois j'aimerais mourir
Pour plus jamais te voir
Je ne j'aime plus
Mon amour
Je ne t'aime plus
Tous les jours
Parfois j'aimerais mourir
Tellement y'a plus d'espoir
Parfois j'aimerais mourir
Pour plus jamais te revoir
Parfois j’aimerais mourir
Pour ne plus rien savoir
Je ne t'aime plus
Mon amour
Je ne t'aime plus
Tous les jours

Posté par akonolinga à 20:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mai 2018

la main tendue

la séance se termine

elle me fait la bise , me complimente sur mon pull

je lui fais remarquer le noir uni de ses vêtements

"je suis en deuil" me répond elle

et elle me tend la main

main que je saisis pour la première fois depuis plusieurs mois

elle s'en rend compte

"c est pour prolonger le contact"

je m'en vais,interloqué

séance simple en apparence ,compliquée dans le ressenti

nous parlons de mes enfants apres l'avoir complimenté sur sa magnifique voiture et évoqué son "gros toutou" posté devant la grille

nous parlons de mes enfants

les réponses sont cliniques , impersonnelles

"il faut recadrer"

"vous devez prendre rendez vous"

sur la question de mes doutes sur la compatibilité du fiancé de ma fille"

"il n'est sans doute pas assez bien pour vous"

aucune empathie,sympathie reçue 

sensation d'etre exclu 

non pas ignoré mais banalisé,transparent

je voulais lui parler "partage" , "offrir / recevoir"

je la sens froide comme Huppert devant l'émotion

je l'agace

elle me fuit

mon amour est lui aussi recadré

peut être est ce le but

peut être tout se terminera comme cela 

évanescent

 le transfert amoureux est unilateral

il le restera meme si nous nous arretons

"ma plus belle histoire d'amour c'est vous"

 

 

 

 

 

 

 

Posté par akonolinga à 21:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 mai 2018

la machine à remonter le temps

"le plaisir" susurre t elle comme une évidence

une demi heure avant je lui ai demandé de prononcer les mots qui auraient du etre dit à un moment de ma vie

non pas des mots de réconfort ou d'interdits ,juste les bons mots dits avec une bienveillante fermeté

"non tu ne peux pas dormir dans ce lit à coté de moi , tu dois retourner dans ton lit"

"l'incestuel désarmé au profit de ma construction"

le temps des errances , d'un amour oedipien destructeur ...

"pourquoi les perversions névrotiques sont elles apparues à ce moment?"

elle simplifie :"le plaisir tout simplement"

acquérir du plaisir peur prendre différentes voies ,différentes méthodes

celles qui sont empêchées par les circonstances laissent place à celles accessibles...immédiatement ,dans le plus grand des secrets

on a peur de la femme ,on convoite le féminin 

nul jugement dans ses mots 

une évidence dite presque normale

l'heure est finie je paye

"il faudra prendre les rendez vous de septembre"

il y aura donc un après 

mais avant il y aura cette rupture brusque 

carnassière

 

 

 

Posté par akonolinga à 20:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mai 2018

accord parfait

“Personne n’est semblable à un autre. Ni pire ni meilleur. Il est autre. Et si deux personnes sont d’accord, c’est à cause d’un malentendu.
– Jean-Paul Sartre-

Posté par akonolinga à 20:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mai 2018

les cadeaux

il m'arrive de temps en temps de lui faire un cadeau

sur les rêves Dali

la maquette d'un phare

des livres

des films que j'ai aimé ,télé-chargés pour elle

j'entremele nos vies à travers ces petits gestes

autant pour moi que pour elle

une façon de laisser une trace dans sa vie "ailleurs"

je ne sais pas comment elle les reçoit?

cela n'a plus d'importance pour moi

non pas un sacrifice au rituel mais une façon d'exister dans un autre monde

 

Posté par akonolinga à 21:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 avril 2018

deux jours à tuer

long week end propice à réfléchir a se projeter "ailleurs"

beaucoup de lectures sur un banc en bois face à la mer

réflexion sur cette longue thérapie (trop longue?)

je voulais qu'elle m'offre une seconde chance ,un moyen de rattraper la vie en remontant le temps

que les explications sur les échecs ,les névroses allaient gommer ceux ci et me redonner une quasi virginité

je recherchais cette nouvelle vie croyant que celle ci serait plus douce plus valorisante 

rencontrer l'amour de ma vie , vivre une vie pleine sans mensonges sans cette boule permanente qui vous hante et vous dechire la vie

continuer à lui raconter mes colères mes échecs mes espoirs déçus ;à quoi bon?

continuer à l'aimer comme un fou en n'attendant rien en retour à quoi bon?

elle a réalisé un édito psy

je suis tombé dessus par hasard ou presque

elle parle de la sexualité,des femmes ,enfin de ce qu'elles aimeraient oser dire ou faire

tout est cru,direct sans emphase mais sans retenue

vit elle ainsi?

c'est son boulot me dis je :en colère contre la femme qui dit et la pro qui sait

et si c'était cela?

je n'arriverais jamais à un degré aussi réaliste d'autenticité , à des convictions qui m'éviteraient de douter de tout ,de moi ,des autres

simplifier ma vie ,la rendre compatible avec mes névroses mes envies mes déviances mais assumer le tout en me disant:je me fais du bien,je ne fais du mal à personne

bref vivre sans heurter mais sans renoncer

ne plus se sentir coupable en permanence et en rejeter la responsabilité sur autrui

je lui dirais demain

"ça fait du bien d'tre chez vous car je m'y sens chez moi"

 

Posté par akonolinga à 21:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 avril 2018

fragile

Je laisserai le lit comme elle l'a laissé
Défait et rompu, les draps emmêlés
Afin que l'empreinte de son corps
Reste gravée dans le décor
Je resterai là, immobile
Les bras croisés, presque tranquille

Je laisserai la chambre comme elle l'a laissée
L'odeur de Camel, Gauloises mêlée
Afin que la lumière retienne
Son ombre nue dans les persiennes
Au bout du quai tombe le jour
Je reste là sentant l'Amour

Dans ce port de fêlés juste à l'envers du monde
Où d'énormes soleils me renvoyaient mes ondes
Où les normes basculent au fond des volcans sourds
Où je traînais mes bottes gaspillant ton Amour
Attention fragile
Attention fragile

Je laisserai ma peau comme elle l'a laissée
Sueur et cannelle, orange poivrée
Afin que ma mémoire revienne
Me dessiner cette Eurasienne
Cette criola de secours
Quand je titube au petit jour

Je prendrai ma vie comme elle l'a laissée
Avec un sourire en coin, un secret
Afin d'accepter la tendresse
Que j'avais refusée sans cesse
Avec l'impression d'être fort
Le sommeil, c'est presque la mort

Dans ce port de fêlés juste à l'envers du monde
Où d'énormes soleils me renvoyaient mes ondes
Où les normes basculent au fond des volcans sourds
Où je traînais mes bottes gaspillant ton Amour
Attention fragile
Attention fragile

 

juste pour elle

Posté par akonolinga à 15:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]